BIG BROTHER PERTES DE DONNÉES SENSIBLES

Géolocalisation grâce aux smartphones, surveillance généralisée, contrôle social omniprésent: le coronavirus est-il en train de sonner le glas des libertés individuelles et de donner naissance à un monde totalitaire, en Europe et en Suisse comme partout dans le monde ?

Un spectre hante l’Europe, le spectre du communisme», écrivaient Marx et Engels en 1848 dans le manifeste du Parti communiste. Un autre spectre hante le monde depuis 1949, celui de Big Brother. Annoncé pour 1984 par son créateur, le journaliste et écrivain anglais George Orwell, il a rencontré un certain nombre de résistances qui ont freiné sa progression, mais il paraît cette fois sur le point de déferler sur le monde. Déjà solidement installé dans des pays pionniers, à commencer par la Chine immense, il plane aujourd’hui sur des contrées qui s’étaient pourtant promis de ne jamais le laisser approcher, à savoir les démocraties occidentales si fières de leurs libertés publiques et de leurs droits de l’homme. Au premier rang des quelles la France, l’Angleterre, l’Allemagne, et même ce petit pays dont l’histoire se confond avec la démocratie: la Suisse!

Big Brother est tout-puissant, il sait et il décide ce qui est bien pour vous. Il surveille votre vie, vos pensées, vos relations sociales, vos émotions, vos amours. Il vous dicte vos réactions, vos indignations, vos admirations, vos colères. Il vous surveille partout et toujours, chez vous comme à l’extérieur, à chaque seconde de votre vie. Pas moyen de lui échapper, pas moyen de conserver ne serait-ce qu’un infime espace de liberté. Son mot d’ordre: «Big Brother is watching you» («Big Brother vous regarde»).

Sonné et mis en déroute après la démaoïsation et la conversion au capitalisme de la Chine, dans les années 1980, puis par l’effondrement de l’Union soviétique, en 1991, Big Brother n’a toutefois jamais cessé de rôder ici et là, avec cette effrayante capacité à flairer les bonnes occasions et à renaître de ses cendres dans les situations de crise, les situations de désarroi collectif qui provoquent des appels à l’ordre et à la sécurité.